LES MÉMOIRES NOTARIALES DE MAITRE PIERRE MILLE

Maître Pierre MILLE, notaire de Lompret de 1671 à 1692

 

Précieusement conservées aux Archives Départementales, les actes de notaires permettent de mieux appréhender la vie quotidienne des anciens lompretois. A l’époque, il était courant d’aller voir le notaire pour y enregistrer des contrats de mariages, des ventes de bois et de meubles mais également des actes de locations de terres, fermes et granges, y faire enregistrer des accords, partages et autres successions.

Les activités qui s’exercent à Lompret sont en majeure partie agricoles et, dans une moindre mesure, commerçantes. Au XVIIème, on y retrouve bon nombre de laboureurs, manouvriers, mais également un maçon, un charpentier, des marchands de bois, un couvreur de tuile, un maréchal-ferrant, un maître tailleur d’habits, un teinturier, un tisserand de toile, sans compter les servantes, jardiniers et valets de ferme au service des seigneurs et des fermiers aisés.

Se trouvent également un marchand brasseur et plusieurs hostes (cabaretiers) qui accueillent les habitants de Lompret et des villages environnants autour d’une bonne table. Citons, entre-autres, Philippe WILLEMO qui fut hoste au « Viel soldat » dans les années 1680.

 

La gestion du village sous l’Ancien Régime est clairement structurée :

Guillaume DELESAFFRE est le « bailli de la terre et seigneurie de Lompret ». Nommé par le seigneur, il est le principal agent administratif et judiciaire et le représente sur la commune. Blaze LALLEMAND est son « lieutenant ». Il seconde le bailli en tant « qu’homme à tout faire » au service de la paroisse et de la communauté.

Lompret dispose également « d’hommes de fief ». Nommés également par le seigneur, ils composent le corps administratif, judiciaire et municipal. Ils sont juges, s’occupent de la voierie, de la police… Citons Toussaint LEGRAND, Jacques DEPAU et Antoine SIX.

Bon PAR et Jean DESMARESCAULX sont  les « sergents » de Lompret. Ils complètent le personnel administratif et doivent « prendre bonne garde des affaires de la seigneurie ».

Les « marglisseurs » de l’église paroissiale sont Pierre BECQUART, Toussaint POTTIER et Guillaume FLAMENG. Laïcs, ils sont chargés de l’administration des biens et des revenus appartenant à l’église et destinés aux frais de culte et à l’entretien des bâtiments.

Enfin, Pierre-Alexandre LEGRAND est le « pauvrisseur » c’est-à-dire le délégué de la « pauvreté ». Il est chargé de la distribution des secours nécessaires aux pauvres et de la gestion courante de leurs biens.