LES ANNEES 1950 A 2000

vue aérienne après1956 mairies

 

– 1954 –

Le conseil municipal à cette époque comportait 13 membres pour 351 électeurs.

Nombre de foyers ne possédaient pas l’eau courante et devaient se rendre au puits soit privatif soit collectif.

La circulation se faisait par des routes pavées d’un autre temps, l’abbé Picavet en 1953 parlait du Lompret moderne en ces termes: “Ce n’est peut-être pas le qualificatif dont gratifieraient notre village les voyageurs arrivant chez nous “par la route”.

Mais en attendant que le service des Ponts et Chaussées, le service du Gaz et celui des Eaux modernisent quelque peu le Lompret de demain, nous savons nous contenter de ce que nous avons, et ce n’est pas peu de chose: un village calme et paisible, une vie heureuse… parce que sans histoire et par dessus tout une population laborieuse: fleurs et pépinières, négoce de fruits, primeurs, pommes de terre, fraises de Lompret qui sans vouloir concurrencer celles du village voisin tiennent quand même leur place sur le carreau des halles avec tous les légumes que, dès la pointe du jour, nos maraîchers apportent aux Lillois …et aux autres.

Ajoutons à cela un peu d’élevage (porcs et moutons) quelques feuilles de tabac et surtout une dizaine d’exploitations agricoles qui se partagent pâtures et terres cultivables et qui débordent même au-delà des 300 hectares de notre petite commune. Et voilà un bon quart de la population attachée à la terre et à ses produits. Joignons-y quelques commerçants, et le reste: ouvriers, employés, fonctionnaires, trouve son emploi dans le bourg le plus proche de Pérenchies ou dans la ville voisine: Lille et ses faubourgs.

Mais le soir, loin des bruits de la ville, chacun rentre chez soi heureux de retrouver son foyer, son jardin, son repos.

Ainsi à 7 kilomètres de Lille et une dizaine d’Armentières, mais quelque peu à l’écart de la route au trafic intense qui relie ses deux villes, Lompret unit les avantages de la ville toute proche à laquelle la relient lignes d’autobus et de chemin de fer, à ceux de la campagne où s’écoule dans la paix, la vie de ses 640 habitants.

Quelques réunions communales ou professionnelles, quelques manifestations patriotiques aux jours de fête nationale viennent si l’on peut dire troubler ce calme qui n’est vraiment rompu qu’au jour de la ducasse annuelle au dernier dimanche d’Août……”

A cette époque le village n’avait pas de mairie officielle. Les réunions du conseil municipal se tenaient dans une pièce d’habitation du logement du Directeur d’école qui avait également la fonction de secrétaire de mairie.

Lompret ne comportait pas de place publique, le devant de l’église servait également de place du village. L’actuel parking ombragé entre le cimetière et l’église était à cette époque un champ généralement de pommes de terre, cultivé par les exploitants de la ferme de PetitPas. La récolte devait impérativement être terminée pour la mi-Août afin d’y permettre l’installation de la ducasse annuelle.

– 1955 –

62 maisons sont construites à la cité Familiale créant ainsi le lotissement du Croquet.

– De 1956 à 1958 –

Lompret enfin se dote d’une mairie et d’un groupe scolaire, en 1958 on dénombre 450 enfants de moins de 14 ans.

Un projet de grande envergure visant à construire un programme d’habitat entre le bourg et la cité Familiale voit le jour, mais il est très vite abandonné suite à l’emprise que l’état réserve en vue de la construction de grands axes de communication.

Durant ces années, les pavés des rues de Lompret vont peu à peu disparaître sous des chaussées asphaltées, on en profite pour enfouir les différents réseaux de distribution de cette époque.

– 1959 –

L’eau courante arrive enfin sur toute la commune après des travaux importants. On profitera de ces travaux pour renforcer l’éclairage public en tirant une nouvelle ligne de 15000 volts.

eau potable063

Le 8 novembre cette nouvelle adduction d’eau est largement fêtée, son baptême est réalisé par les pompiers qui munis de la grande échelle arroseront le coq au sommet du clocher. Les élus ont invités à cette occasion leurs homologues des communes voisines ainsi qu’un grand nombre de personnalités.

– De 1960 à 1970

10 ans de développement du village:

  • de nouvelles résidences voient le jour:
    • en 1961, la résidence Lassus
    • en 1962, le lotissement Loger, rue de l’église
    • en 1968, 8 maisons sont bâties allée des Garennes
    • en 1969, 7 constructions sont menées allée du Vert Galant.
  • des travaux de voirie continuent:
    • en 1961, réfection de la rue de l’église
    • en 1964, réfection de la rue Paul Brame.

rue de l elise 1961062

Durant ces années la municipalité organise le ramassage des ordures ménagères.

Le champ qui servait de surface d’accueil à la ducasse entre le cimetière et l’église est acquis par la municipalité pour doter Lompret d’une place municipale permanente qui permettra d’organiser les festivités locales.

Fin 1969 le village compte 1218 habitants doublant ainsi sa population.

– De 1970 à 1979 –

Lompret est très prisé et vient le temps des grands lotissements:

  • les résidences voient le jour ou se développent:
    • en 1971, l’allée du Croquet termine son expansion
    • en 1972, le lotissement de la Chapelle (40 maisons), le lotissement De Gaulle (45 constructions au cours des années)
    • en 1975, le Domaine de Lompret s’installe sur les terrains de la Ferme De PetitPas (95 constructions)
    • en 1977, naissent le Pré Fleuri, le Hameau du Bocage et le lotissement Jacques de Molay.
  • des travaux de voirie et d’aménagement sont mis en oeuvre:
    • en 1978, aménagement de la place de l’Eglise
    • en 1979, réfection du clocher de l’Eglise et installation du nouveau coq à son sommet
    • en 1979, commence également la transformation et la réfection de la ferme Tailleu-Carlier.

En 1975, la municipalité fait l’acquisition de la ferme Tailleu-Carlier qui va devenir la ferme de PetitPas.

– Les années 80 –

Durant ces années de grands travaux vont être engagés, l’installation électrique de l’église va être entièrement remplacée, la rénovation de la ferme De PetitPas continue. La commune afin de créer un Centre à notre village acquière le café et la forge face à l’Eglise.

En 1981 en vue de regrouper les trois écoles disséminées sur la commune, est posée la première pierre du futur groupe scolaire Pasteur. cette même année on détruit les hangars agricoles de la ferme De PetitPas qui sont remplacés par une salle polyvalente entourée d’un espace vert et de tennis. La cour de cette ferme est aménagée ainsi que la place acquise en 1978 qui sera pavée et plantée pour y créer des zones de stationnement.

1982 sera l’année consacrée aux aînés en édifiant un béguinage ruelle des Vilains. le vieux garage du presbytère est détruit, la clôture du presbytère est reculée pour créer un parking face à l’église. Un chauffage à air chaud est installé en sous sol de l’église afin d’y améliorer le confort.

La voirie n’est pas oubliée et c’est sur le quartier du Grand Logis que les efforts sont portés; la route est redressée et le square du train de Loos est créé

Une cantine est construite, adossée à l’ancienne classe de maternelle désaffectée. De nos jours cette cantine a été détruite pour laisser place à la Lompréthèque, seule l’ancienne maternelle subsiste, réhabilitée et réaffectée à la garderie du groupe scolaire.

Les programme de construction se poursuivent:en 1971, l’allée du Croquet termine son expansion

  • en 1982, 5 maisons au bout de la ruelle des Vilains créant ainsi l’impasse des Templiers
  • en 1983, le Clos de la Vénerie
  • en 1984, le clos du Verger
  • en 1987, l’allée de la Douve
  • en 1988, les Templiers

– Les années 90 –

En 1990 les travaux entrepris précédemment sur le clocher et le porche sont complétés par le ravalement de l’ensemble des autres murs. Des travaux sur le clocher ont été également menés suite aux tempêtes de début d’année qui avaient arraché ardoises et paratonnerre.

En 1991 un nouvel entrepôt municipal est mis en oeuvre, au Grand Logis, pour remplacer celui qui à l’intérieur de l’ancien café jouxtait la mairie. Ce déménagement allait permettre de réagencer le centre du bourg.

En 1992, le projet de nouveau centre prend forme:

  • L’ancien café et la forge sont détruits
  • Une étude est lancée pour édifier une maison des Associations
  • Un avant projet de la mairie actuelle est lancé

1993 verra la construction de la Maison des associations qui inaugurée le 19 décembre 1993 accueillera, les Scouts,l’Ecole de Musique et les Lutins. Devant l’étroitesse des locaux de la mairie, un bungalow est mis en place sur son arrière avec une communication directe.

vue du village avant nouvelle mairie

1994 le permis de construire de la nouvelle mairie est déposé, l’aménagement de la place centrale est finalisé également. La Chapelle abîmée par les outrages du temps est entièrement rénovée tant en extérieur qu’en intérieur.

1995 permet d’entrer dans la phase concrète de la nouvelle mairie, les entreprises sont choisies, la construction pourra démarrer début 1996. Au cours de cette année, le sol de la salle polyvalente inadapté à l’activité sportive sera remplacé entièrement.

1997 La nouvelle mairie est inaugurée, sous la présidence de Monsieur Pierre Mauroy, ancien Premier Ministre, Sénateur Maire de Lille, Président de LMCU, de Monsieur Marc Philippe Daubresse, Député Maire de Lambersart et de très nombreuses autres personnalités, le 4 octobre, coïncidant avec le 22ème Lompret en Fête. Dans le même temps était réalisée la nouvelle place de notre village grâce à son financement par la Communauté Urbaine.

plan mairie065

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *